Home » Pacush Blues, Tome 13 : Correspondance avec les corps obscurs by Ptitluc
Pacush Blues, Tome 13 : Correspondance avec les corps obscurs Ptitluc

Pacush Blues, Tome 13 : Correspondance avec les corps obscurs

Ptitluc

Published
ISBN :
Paperback
Enter the sum

 About the Book 

« Tu vois man, la vie est une agitation globale terriblement complexe et il ny a que la proximité de la mort qui peut ten apporter la révélation ». La proximité de la mort, ou peut-être la lecture de Pacush Blues ?En marge du monde des humains,More« Tu vois man, la vie est une agitation globale terriblement complexe et il ny a que la proximité de la mort qui peut ten apporter la révélation ». La proximité de la mort, ou peut-être la lecture de Pacush Blues ?En marge du monde des humains, dans la crasse et les ordures, vivent les rats de Pacush Blues. Après sêtre attaqué à lintolérance, légoïsme, la manipulation, la xénophobie et tous ces petits bonheurs de la vie en société, dans ce nouveau tome Ptiluc amène ses rats à plonger dans les méandres dune réflexion philosophie sur lessence de la vie, et les réactions et désirs paradoxaux que cela entraîne !Paradoxe de lenvie de solitude et du besoin des autres, de la binarité entre la lumière éblouissante et de lobscurité enveloppante, du désir de vivre en pleine conscience et de la tentation de se laisser glisser sur lexistence sans même savoir le jour quil est…Et puis la mort, la maladie, la vieillesse- est-ce une malédiction, un aboutissement ou un passage?Notre héros déglingué est taraudé par ces questions existentielles depuis quil a pris lhabitude de discuter avec lâme chevillée au corps en décomposition dun de ses congénères… À la manière des cobayes de laboratoire, observez dans quelles turpitudes vivent, survivent et meurent les rats de Ptiluc, vous en apprendrez sans aucun doute beaucoup sur vous-même ! Dans un univers sombre forcément propice à lhumour noir, dans des pages somptueuses où labstraction côtoie la déconnade, cet auteur majeur nous tend un miroir déconcertant sur notre humanité. Heureusement que Kant et Sartre navaient pas pensé à faire de la BD avant lui… !Enfin, Claude Serre ne disait-il pas de loeuvre de Ptiluc : « Cest beau ! Cest simple, on dirait du Proust ! Mais en mieux dessiné... » ?